mercredi 28 octobre 2015

Octobre rose... Guérir le regard

Bonjour,
Je reviens avec un texte illustré dans lequel je me dévoile un peu plus. Je préfère prévenir, même si je me dévoile d'une façon très pudique et partielle, cet article contient des photos qui pourraient heurter la sensibilité de certains.

Pour celles et ceux qui auraient manqué le début, vous trouverez tout ici : http://classe-creative.blogspot.fr/2015/04/attendre-et-ne-rien-faire-est-un-choix.html#comment-form

Aujourd'hui tous les traitements sont terminés, prochain contrôle dans 6 mois. Dans ma tête je me vois guérie depuis bien longtemps, je n'ai aucun doute. Reste à diffuser cette information au corps !

Après la chirurgie j'ai vraiment pris conscience qu'il fallait être à l'écoute de son corps. J'ai découvert les merveilleux effets secondaires d'une anesthésie générale. Dans le style "mémoire de poisson rouge", ou comment mettre 3 jours pour passer l'aspirateur dans un F3... J'ai remonté petit à petit la pente. J'ai même passé un bel été et profité du soleil. Je me souviens encore de ce magnifique week-end en Bretagne, des couchers de soleil. J'ai vécu mes premières journées sans penser à la maladie. Et puis la rentrée est arrivée, avec le retour à l'hôpital.

Après l'ombre insidieuse et invisible de cette maladie, j'ai voyagé dans le monde hostile et incompréhensible du traitement. Le traitement qui fait mal. Le traitement qui affaiblit. J'avais tellement envie d'aller mieux, je visualisais la guérison. Et pourtant, chaque jour je sentais mes forces décliner. Tout s'effaçait peu à peu, se noyant dans un brouillard confus. Je sentais l'énergie que demandais chaque geste, chaque pensée. Jusqu'à atteindre le point critique où sourire devient un véritable effort physique. Là vous imaginez certainement toutes sortes de traitements dont la chimiothérapie. Vous êtes à côté de la plaque.

Quand on m'a dit que je n'aurai pas besoin de chimio, je me suis sentie chanceuse. J'ai pensé, 25 séances de radiothérapie c'est rien en comparaison des effets secondaires d'une chimio. Mais chaque traitement a son revers de médaille. La radiothérapie a ses effets secondaires aussi. Il sont différents d'une personne à l'autre mais bien réels. Et malheureusement minimisés par les médecins. J'ai voulu continuer mon travail pendant le traitement. D'une part, financièrement c'était vraiment bienvenu. D'autre part, je ne voulais pas rester chaque jour chez moi à attendre l'heure du traitement.

La radiothérapie fatigue énormément, et comme il s'agit de 5 séances par semaine sur plusieurs semaines d'affilée, le corps n'a pas le temps de souffler. Il souffre en silence, se consume de l'intérieur. J'ai expérimenté un degré de fatigue qui m'était inconnu jusqu'alors. Je me noyais dans un océan d'épuisement. Dans ma galère, j'ai continué à ramer, jusqu'à cette pensée "Heureusement que le destin a voulu que nous n'ayons pas d'enfants, je ne sais pas comment j'aurais fait". Cette pensée me laisse encore le goût amer de la colère. J'ai eu envie de lui foutre mon point dans la figure à cette pensée ! J'ai lancé un SOS, âme en détresse. Quand la souffrance devient insupportable, on la partage. Les réponses ont fusé de toute part, je remercie la vie aujourd'hui parce que je sais à quel point je suis bien entourée. J'ai reçu toute l'aide nécessaire, c'était magique !

Si je partage tout cela avec vous aujourd'hui c'est à nouveau pour interpeller les esprits. Si vous êtes touchés par la maladie, prenez bien soin de vous entourer pendant tout le temps du traitement, et même après. Plus particulièrement, celles et ceux qui vont passer par l'étape radiothérapie. Ne négligez pas l'aspect "fatigue", car il est bien présent. Adaptez votre temps de travail, et accordez à votre corps tout le repos qu'il demande. Si vous faites partie des proches qui voient l'autre changer au fil des traitements, accrochez-vous, ils ont besoin de vous. Inutile de chercher des grandes phrases, ou des pensées positives en rapport avec la maladie. Un "je pense à toi" suffit.

J'ai donc du me rendre à l'évidence et arrêter le travail pour pouvoir finir le traitement. Je me suis alors transformée en chasseuse de petits bonheurs. Les petits moments du quotidien sont devenus mes objectifs. Un sourire vaut un bouquet de fleurs. J'ai appris l'art de la sieste, ce fut une belle révélation pour moi. Et puis le dernier jour de traitement est arrivé. Une sensation de libération indescriptible. Evidemment, pressée comme je suis, j'ai pensé que tout allait revenir à la normale en un rien de temps. Et bien ce traitement avait encore une chose à m'apprendre, la patience. 

Mon corps avait envie d'aller mieux, mon coeur, mon âme, tout mon être. Une idée avait germé depuis un temps. Je voulais le faire pendant octobre rose dans une idée de partage et de sensibilisation. Mais surtout, malgré toutes les épreuves, j'avais besoin de sentir et de voir que je pouvais toujours être une femme. J'ai contacté mon amie d'enfance, Carole, photographe de talent. En très peu de temps elle a pu organiser une séance photo privée. Ce fut une journée hors du temps, un cadeau. Nous avons partagé avec Carole des instants uniques. J'ai vu jusqu'où l'amitié peut mener sans qu'aucun mot ne soit prononcé.

Depuis le début de cette maladie, j'ai fait des choix, pris des décisions. J'ai choisis d'être active, de ne pas me laisser abattre, c'est vrai. Et pourtant, la plupart du temps j'ai eu la sensation de subir cette maladie et ses répercutions. Tout le monde me répétait que j'étais courageuse, et je me sentais à l'opposé du courage. Je me sentais emportée par le courant.

Quand j'ai regardé les résultats de la séance photo, j'ai compris. Là je me suis vue courageuse. Pour la 1ère fois je ne subissais pas, j'agissais. J'ai fais le choix de dévoiler un peu de moi. Non je ne suis pas entièrement nue, vous ne verrez même pas un téton ! J'ai souhaité partager avec vous une petite partie de cette cicatrice. C'est ma façon de vous dire "La vie, ce n'est pas attendre que l'orage passe, la vie c'est apprendre à danser sous la pluie".

C'est ici que les âmes sensibles peuvent stopper leur lecture si elles le souhaitent.

Cette séance photo a révélé bien des choses, beaucoup de surprises. Elle a révélé une chose à laquelle je ne m'attendais pas. Modèle pour photographe, ça ne s'improvise pas. Heureusement modèle pour photographe ne faisait pas partie de mes choix de carrière, je suis tellement douée qu'on m'aurait sûrement demandé si j'avais un plan carrière de secours ! Carole a une patience d'ange. Elle m'a guidée, rassurée, contorsionnée... mais le résultat en valait la peine.

Une évidence, je sais faire l'andouille pour détendre l'atmosphère. J'ai pris conscience aussi qu'il s'agissait d'un masque de protection que je dégaine assez vite (d'où la difficulté de me prendre en photo au naturel, hein Carole !). Mais au final je les trouve toutes réussies car chacune transmet son propre message.



Après avoir rigolé un bon moment, il faut se rendre l'évidence. Je ne suis pas là pour faire l'andouille devant l'appareil, j'ai un objectif à atteindre. Après de multiples essais, mimiques, flous de bougé, réglages, on gratte un peu et....






Merci Carole pour tout le travail de post-traitement, tu a fais des merveilles. Adieu cernes, peau brillante et tout. Si je pouvais je crois que c'est chez le photographe que je me ferais épiler les sourcils, c'est beaucoup moins douloureux !

Et voici une spéciale clin d'oeil pour mon amie Céline qui m'a offert ce magnifique foulard juste après la chirurgie pour m'aider à faire la transition.


Cette expérience a révélé une autre chose très intéressante. Les micro-expressions sont un miroir de vérité. Sur les photos, le réflexe naturel c'est de sourire. Sourire pour montrer qu'on est heureux même si on ne l'est pas. Mais que se passe t-il quand le photographe te demande de ne pas sourire ? Le visage révèle ce que l'on essaye de cacher au monde et à surtout soi-même.

Dans mon cas, la colère a filtré sur beaucoup de prises de vue.




Le masque de fatigue était bien présent aussi, et pourtant je crois que c'est la suivante ma préférée. Parce que malgré tout je sens la détermination de mon propre regard. C'est dans cette photo que j'ai vu mon courage.



Une Mona Lisa sommeille en moi là non ? :)


Et puis il y a les expressions indéchiffrables... prises sur le vif, je dirais qu'elle me représente bien.
En recherche d'équilibre...


Et bien sûr il y a le gros craquage qui défoule bien !

J'ai regardé ces photos pendant de longues minutes avant de me décider à les publier. Je partage avec vous mon cheminement vers le mieux être. A chacun de trouver sa voie de guérison. La mienne passe par la réconciliation avec le corps, avec l'image que j'ai de moi-même. Je ne cherche plus cet hypothétique retour à la normale. Qu'est-ce que la normalité d'ailleurs ?

Je cherche quelque chose de bien plus précieux, ma lumière intérieure. :)

Photographe Carole Chotard


42 commentaires:

  1. Merci pour ce beau témoignage. Merci pour ton courage, merci pour le partage qui en aidera plus d'une et bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Ana ;) <3 si vela aide ne setait-ce qu'une personne, j'en serais heureuse. :)

      Supprimer
  2. Seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c'est dans cette lutte que ses racines, mises à l'épreuve, se fortifient. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plier pour ne pas rompre oui :) merci Virginie :)

      Supprimer
  3. Merci ! Je ne vois que du courage sur ces photos moi. Et pour les pensées horribles je crois qu'elles ne viennent pas de nous mais de la souffrance. Merci encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr, la souffrance amène toutes sortes de maux (mots). :) merci véro ;)

      Supprimer
  4. Trouver les mots justes...
    Tu as su si bien le faire, tu m'as bouleversée et je t'en suis reconnaissante, c'est une belle leçon de vie et de courage...
    Merci et courage, les plus mauvais jours sont derrière toi j'en suis certaine.
    Bsx ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Domi, oui le pire est passé. Je pe consacre au présent maintenant :)

      Supprimer
  5. Quelle leçon de vie quel courage
    Plein de bonnes choses à toi
    Frederique joannes

    RépondreSupprimer
  6. coucou
    encore de l'émotion à te lire et aussi voir tes photos !
    celles que je préfère ,c'est là où tu nous montres ton beau sourire.
    merci de partager,tu devrais en faire un livre ou fascicule à distribuer ,car on peut toutes avoir ce que tu viens de passer et ça doit réconforter de voir ta volonté !
    bisous Christelle
    Lili

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée d'un livre me trotte dans la tête oui... À voir :) merci pour ton soutien Liliane <3

      Supprimer
  7. Quel courage ... Je t'admire et je te souhaite tout le meilleur maintenant. Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me fait penser à la chanson "tout le bonheur du monde" merci Caro :)

      Supprimer
  8. Ma Christelle tu es belle , vraiment belle! He te fais plein de gros bisous

    RépondreSupprimer
  9. Que de courage .ton parcours me touche ainsi que tes photos
    Je te souhaite le meilleur
    ❤❤❤

    RépondreSupprimer
  10. C'est ça, pas grand chose à ajouter, je suis admirative par tant de courage, bravo ! Je sus dans le même cas, sein droit et je pense que j'aurais du mal à faire des photos et les mettre sur mon bloc. Je suis pourtant sûre que c'est une bonne thérapie et c'est une façon de dire à ce p... De cancer, c'est moi qui commande, c'est moi la plus forte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun sa thérapie, je l'ai fait parce que j'en avais envie et besoin. Tu verras bien ce qui se présente :) pour ma part je ne lui adresse même la parole à ce Monsieur C, j'ai préféré l'ignorer et entamer un dialogue avec mon corps. :) bon courage à toi cathy pour la suite ;)

      Supprimer
  11. Oups désolée je n'ai pas réussi à corriger les fautes avec ma tablette, c'est pas grave... Belle continuation, plein de petits et grands bonheurs !

    RépondreSupprimer
  12. J'admire ta plume et ton courage pour mener ce combat. Cette colère et ta détermination sont belles à voir dans ces photos. Et le meilleur est encore à venir, c'est ce que je te souhaite ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ho oui le meilleur est à venir, j'en suis convaincue. Merci chiara ;)

      Supprimer
  13. Christelle je crois que je ne t ai jamais vu aussi belle ....je sens une reelle transformation interieure bravo! c est tout bon Nathalie P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Nathalie, ça me touche 💜

      Supprimer
  14. Maintenant je sais, même si j'avais deviné, une partie de ce que ma grande sœur a subi et caché derrière son beau sourire ; elle n'a pas eu à aller jusque-là, sa tumeur a été prise très tôt heureusement, elle est en pleine forme. Continue ton chemin et trouve ta lumière plein de courage et plein de bisous... Tu vas gagner !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas facile pour les proches non plus, difficile effectivement de savoir ce que traverse l'autre. Contente pour ta soeur. :) et oui je vais gagner, je sens que j'en prends le chemin ;)

      Supprimer
  15. Ton courage est très touchant. Je n'étais pas au courant de ton parcours et n'avais rien vu. Gardes toujours cette force que tu as en toi et continue à avancer. Cette épreuve aura eu au moins un point positif, celui de te faire évoluer, de mieux te connaitre et te rendre plus forte. Ces photos sont magnifiques, tu es très belle dessus. Gros bisous et plein de courage pour la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Christine. Ce n'était pas un secret mais c'est clair que j'en parle pas tous les jours. :) je n'avais pas envie d'en faire mon quotidien. Merci pour tes mots 💜

      Supprimer
  16. Une belle leçon de courage... Des photos magnifiques... Et je pense rapidement demander une mammo, la mienne date de 3 ans... Je te souhaite une longue et belle deuxième partie de vie...

    RépondreSupprimer
  17. je vois beaucoup de courage, continue à prendre soin de toi et merci pour ce partage intime et pudique, A+

    RépondreSupprimer
  18. Quel témoignage poignant... très important pour celles qui comme moi on le privilège d'être épargnée (en tout cas pour le moment). Il me permet de prendre davantage conscience de ce que traversent les femmes qui comme toi on combattu ce mal. Un gros bisous je ne t'oublie pas ! (ps tu aurais pu utiliser ton boa en plumes noir et blanc pour l'un des clichés ;)

    RépondreSupprimer
  19. Très belle leçon de vie et de courage. Bravo. Je te souhaite plein de bonnes choses pour ton avenir. Bises du Pacifique

    RépondreSupprimer
  20. que de courage, que tes photos sont belles, que TU es belle
    c'est la vie qui reprend le dessus sur ces photos
    merci pour ce témoignage très émouvant, et plein de bonnes choses pour la suite
    Très bon WE

    RépondreSupprimer
  21. Une belle leçon de courage ! Il en faut, surtout quand on n'a en plus pas l'habitude d'être devant l'objectif !
    Tous tes articles révèlent ton histoire, ton témoignage, ça ne peut qu'aider les personnes qui te lisent et qui ont besoin de soutien.
    Bisous Christelle !

    RépondreSupprimer
  22. Je continue de te le dire, tu es courageuse. Notamment parce que tu as décidé de ne pas souffrir dans ton coin par peur de déranger qui que ce soit. Le partage de ton parcours, physique et psychologique, doit faire un bien énorme à toutes celles qui souffrent en silence, qui ne trouvent ni les mots ni le soutien...
    Je vois en toi aussi beaucoup d'altruisme, c'est comme si pour toi, ta grande préoccupation était: "faut pas que ça arrive aux autres" ou "je veux aider celles qui en souffrent ou qui en souffriront".
    Tu es une belle personne et Carole a le talent de capter cette beauté. Des bises! <3

    RépondreSupprimer
  23. A nouveau merci Christelle pour ce récit si bien écrit. Je suis admirative et je retrouve tellement de similitudes dans ce que je vis bien que ce ne soit pas du tout la même chose Et ça me rassure. Merci pour tout. .je t'embrasse.
    Martine.

    RépondreSupprimer
  24. Bizarre, bizarre... je fais des recherches sur les bistre et les brushos et ... je ne m'attendais pas à tomber sur mon histoire sur un site de scrap ... moi aussi je suis passée par là, sans traitement, juste la grosse cicatrice comme toi et plusieurs opérations ...pour qui pour quoi ? parce que c'est coussinets dans le soutien gorge c'est moins douloureux que toutes ces opérations. Je n'aurai jamais osé me mettre à nue comme tu l'as fait. Tout le monde nous dit que nous sommes courageuses...mais on n'a juste pas le choix !!!! Bravo pour tes photos et ton courage d'écrire ton histoire. Moi aussi j'ai fait des photos avec une photographe mais je les garde pour moi !! ahhahaha!
    Je t'embrasse, la route est longue, mais on s'en sort ... bises Florence

    RépondreSupprimer